Notion de résistance au feu

Définition

La résistance au feu concerne l’aptitude des éléments de construction à assurer le rôle qui leur est dévolu malgré l’action de l’incendie.

Depuis l’arrêté du 22 mars 2004, les critères de performance sont définis par une norme de classement européenne et sont au nombre de trois :

  • La résistance mécanique (symbole R), qui est l’aptitude d’un élément à résister à l’action du feu sans perdre ses capacités de résistance structurale ;
  • L’étanchéité (symbole E), qui est l’aptitude d’un élément séparatif à empêcher le passage des flammes et des gaz chauds en cas d’exposition au feu ;
  • L’isolation (symbole I), est l’aptitude d’un élément séparatif, en cas d’exposition au feu, à limiter la montée en température de la face non exposée au-dessous des niveaux spécifiés. L’élévation des températures sur la face non exposée à l’incendie doit être en moyenne inférieure à 140°C et ne doit excéder en aucun point 180°C (pour éviter le risque d’auto-inflammation des matériaux entreposés).

La résistance au feu d’un élément est déterminée par des essais effectués en utilisant une action thermique issue de la courbe publiée dans la norme ISO 834 (courbe d’incendie conventionnel).
Le classement attribué à un élément de construction est exprimé en degré lié à une durée d’incendie pendant laquelle l’élément répond aux critères imposés. A partir des symboles précédents, les classements seront par exemple :

  • Pour une poutre stable au feu 1 heure : R 60 ;
  • Pour une porte pare-flamme ½ heure : E 30 ;
  • Pour une cloison coupe-feu 1 heure : EI 60 ;
  • Pour un mur coupe-feu 1 heure 30 : REI 90.

Avant cette harmonisation européenne, le classement français utilisait les critères suivants :

  • Stable au feu (SF)
  • Pare-flammes (PF)
  • Coupe-feu (CF).

De nombreux textes réglementaires comportent l’un ou l’autre voire les deux systèmes de classement.

La correspondance entre ces deux classements est la suivante :

Classement FrançaisClassement européen
Stable au feu – Élément porteur (SF)R
Pare-flamme (PF) – Élément séparatif porteurRE
Pare-flamme (PF) – Élément séparatif non porteurE
Coupe-feu (CF) – Élément séparatif porteur REI
Coupe-feu (CF) – Élément séparatif non porteurEI

Moyens de justification pour la résistance au feu

Les méthodes et les conditions d’évaluation des performances et de classements de résistance au feu des produits, des éléments de construction et des ouvrages auxquelles se réfèrent les règlements de sécurité contre l’incendie sont fixées dans l’arrêté du 22 mars 2004 (modifié le 14 mars 2011) qui émane du Ministère de l’Intérieur.

Conformément à l’arrêté du 22 mars 2004, les performances de résistance au feu des structures peuvent être justifiées à partir :

  • du résultat d’un essai de résistance au feu normalisé pour les produits, ouvrages ou éléments de construction. La réglementation fixe pour chaque type de produit, élément ou ouvrage les méthodes d’essais à utiliser et les classements qui en résultent. Les essais font l’objet de rapports d’essais produits par un laboratoire accrédité ;
  • d’une analyse spécifique, prenant la forme d’un avis de chantier ou d’un avis sur étude, délivrée par un laboratoire agréé par le Ministère de l’Intérieur ;
  • d’une référence à un procédé de fabrication ou de construction approuvé ;
  • d’une note de calcul s’appuyant sur les parties feu des Eurocodes ou jusqu’au 31 mars 2014 sur les normes nationales de la série P92, ou sur toute autre méthode agréée par le CECMI (Comité d’études et de classification des matériaux vis-à-vis du danger d’Incendie).

Christophe Thauvoye, chef du service recherche incendie, CTICM