Essais de soudabilité

le

En fonction de la composition chimique de l’acier, de la conception du joint à souder et de la quantité d’hydrogène introduite dans la zone à souder (par l’humidité ambiante par exemple), les soudures peuvent être plus ou moins sensibles à la fissuration à froid. Ce type de fissuration apparaît généralement à température ambiante et dans un délai d’environ 48h après la fin de l’opération de soudage, même en absence d’une sollicitation extérieure. Afin de prévenir du risque de fissuration à froid, un très grand nombre d’essais existe dont certains sont normalisés dans la NF EN ISO 17642 (Partie 2 et Partie 3). Dans cette publication Métalétech, trois des principaux types d’essai de fissuration à froid sont présentés et leur domaine d’application respectif est expliqué.

Télécharger le document

André Beyer, chef de projet recherche – CTICM